Comment travailler en Russie?

“Comment travailler en Russie ?”

C’est une question que Guillaume Z. m’a posée.

Et peut-être que vous en rêvez aussi. 😉

Dans cette nouvelle vidéo, je vous donne le mode d’emploi
avec tout ce que vous avez besoin de savoir pour réussir votre projet professionnel en Russie. 

Au programme :

– 3 mots à connaître absolument si vous voulez travailler en Russie – sans ça, vous passez à côté d’un document incontournable pour pouvoir travailler
– 4 opportunités de travail en Russie : parmi celles-là il y a sûrement le job de vos rêves
– Quel est le montant du salaire moyen et à quoi vous attendre exactement ?
– Le montant des impôts en Russie et LE réflexe à prendre pour assurer votre avenir
– Où trouver un travail en Russie – mes meilleures adresses pour trouver des offres d’emploi dès maintenant
– Quels sont les métiers en pénurie et le niveau de langue nécessaire pour avoir un de ces jobs
– Quelles sont les démarches administratives pour obtenir votre permis de travail
– La qualité indispensable à avoir si vous voulez vous en sortir en Russie et arriver à trouver du travail

Après cette vidéo, vous aurez pas mal de pistes
pour obtenir un job en Russie
.

Adrien
créateur de russe-facile. fr

P.S: nous allons bientôt dépassé les 3000 abonnés à la chaîne YouTube rejoignez-nous
pour recevoir vos prochaines vidéos et progresser rapidement en russe

 

 

Transcription de la vidéo :

Comment travailler en Russie?

 

Aujourd’hui, un thème un peu spécial :
on va voir comment travailler en Russie, comment trouver un travail en Russie.

 

Дорогие друзья, добрый день!
Daragié drouzia, dobrii dien!

Меня зовут Андрей сайт russe-facile.fr
Ménia zavout Andréi saïet russe-facile.fr

Chers amis, bonjour !
Je suis Adrien du site russe-facile.fr

Et aujourd’hui работать в России / rabotat v Rassii : travailler en Russie.

Je vous ai préparé déjà un petit résumé de ce qu’on va voir dans la vidéo – évidemment, je vais le développer – mais la première chose que vous devez savoir et c’est intéressant si vous apprenez le russe, c’est que le permis de travail, ça se dit : разрешение на работу / razriéchiénié na rabotou.

«разрешение / razriéchiénié », c’est la permission, c’est un neutre, comme ça se termine par un « e ») et ici vous avez reconnu «работа/rabota » qui est le travail mais qui se termine par un « ou » puisque c’est à l’accusatif comme on a cette petite préposition.

Je voulais vous donner ce mot parce que c’est absolument indispensable surtout si vous cherchez à travailler en Russie. Vous allez le voir hyper souvent, разрешение на работу / razriéchiénié na rabotou, le permis de travail.

 

Et en attendant, chers amis, de continuer cette vidéo, sachez que vous libre de :

 

Plusieurs opportunités pour trouver du travail

J’ai identifié quatre opportunités majeures pour vous de trouver un travail en Russie.

 

1 Etre ingénieur

 La première est vraiment très classique et c’est le fait d’être ingénieur, notamment ingénieur dans le pétrole, dans le gaz, tout ce qui est matières premières. Là, il y a de la demande malgré (au moment où je tourne cette vidéo) que les cours du pétrole ne sont pas au plus fort, mais il y a tout de même de la demande.

Donc, vous pouvez trouver des places assez sympas avec des salaires qui vont avec.

 

2 Etre professeur de français

Il y a aussi une deuxième opportunité pour ceux qui ne sont pas scientifiques, pour ceux qui ne sont pas ingénieurs. C’est le fait d’être prof de français. Vous pouvez être prof de français dans une école, vous pouvez aussi donner des cours au cas par cas, avoir plusieurs élèves. Ça se fait, mais c’est un peu plus dur, il faut être un peu plus débrouillard.

Et il y a aussi un vieux métier qui a quasiment disparu dans l’Europe occidentale et de manière générale en France : c’est le métier de tuteur, de précepteur. Ça marche bien dans les riches familles russes. Evidemment, il faut avoir un niveau, vous ne pouvez pas y aller comme ça ; il faut avoir une éducation de prof de français et si vous êtes anglophone, ce serait « encore plus facile ».

Ça vous permet d’avoir de bons jobs – j’en reparlerai plus loin dans la vidéo.

 

3 Etre expatrié d’une grande société française

Il y a aussi le fait d’être expatrié d’une grande société française puisque sachez qu’en Russie vous avez pas mal de grosses boîtes françaises. Vous avez Renault, vous avez Peugeot, vous avez Auchan (tout le groupe Auchan), vous avez Décathlon, Leroy Merlin, etc., donc, là aussi, il y a la possibilité d’aller travailler et évidemment, il faut déjà être dans ces boîtes le plus souvent ou avoir un gros CV puisque ce sont des jobs à un niveau managérial assez élevé.

 

4 Monter sa propre entreprise

Vous avez une quatrième possibilité si vous aimez l’aventure : c’est le fait de monter votre propre entreprise.

Là, je vous préviens, il faut être débrouillard puisque la Russie, ça reste d’un certain côté un Far West, donc, il faut aimer l’aventure.

J’ai un ami qui est architecte, qui a travaillé pour le compte d’une grosse société russe pendant des années en tant qu’architecte et au moment – c’était lors de la dernière crise (je crois que c’était en 2013-2014), lorsque les cours du pétrole ont commencé à chuter, l’économie s’est vraiment arrêtée et du coup il a perdu son emploi et il a monté sa société.

Au début, c’était difficile ; ça a été difficile pendant un an, deux ans et aujourd’hui, pour lui ça marche très bien ; il a des employés. Et étant donné le taux d’imposition qu’on va avoir, évidemment, c’est beaucoup plus lucratif.

 

Le salaire : зарплата / zarplata !

Un deuxième mot (puisqu’on a parlé du permis de travail) qui se dit разрешение на работу / razriéchiénié na rabotou – je vous mettrai tous ces mots juste en bas de la vidéo, donc, vous les retrouverez, vous pourrez copier-coller si vous avez un doute étant donné que mon écriture est loin d’être parfaite.

зарплата / zarplata, c’est le salaire.

Donc, parlons des salaires et d’ailleurs ça vient du verbe (je vous le mets ici) платить / platit qui signifie “payer”, vous l’aurez compris.

Au niveau des salaires, il y a des grosses disparités en fonction du lieu où vous habitez.

Les salaires sont plus élevés à Moscou (je crois que c’est 1100 à 1200 euros le salaire moyen) donc, ça vous donne une idée par rapport à la France, c’est un peu plus bas. Saint-Pétersbourg, ça doit tourner autour des 900 euros. Et au sein de la même ville – évidemment, ça dépend du travail que vous avez – là aussi, il y a des grosses différences puisqu’un ingénieur à un bon poste dans le pétrole va gagner beaucoup plus que 2000 ou 3000 euros, c’est une certitude. Le travail n’est pas facile, donc, le salaire va avec et en plus, ce sont des jobs demandés ; il y a une espèce de pénurie.

Donc profitez-en. Si vous voulez aller en Russie et si vous avez ces qualifications, n’hésitez surtout pas.

En tant que  prof de français, si vous vous débrouillez bien, par exemple dans une bonne école, vous pouvez gagner 2000-3000 euros.

Là, il faut faire attention au coût de la vie puisque le coût de la vie à Moscou est vraiment élevé.

Les gens que j’ai rencontrés qui étaient expatriés dans une grosse boîte française ou en tout cas dans la filiale russe de la boîte française, ils gagnaient évidemment très bien leur vie. Au niveau du logement, généralement aussi, c’est très bien.

Le seul bémol que je mettrais, c’est qu’il faut faire attention au « retour de bâton » – si vous me permettez l’expression, quand vous revenez en France puisque votre niveau de vie risque de chuter, c’est une certitude.

 

Rémunéré par une société russe

Si vous êtes directement rémunéré par une société russe en Russie, au niveau des impôts, c’est 13 % et dans ces 13 %, c’est 7 % pour la Sécu et 6 % pour la retraite, donc, ce n’est pas grand’chose mais si vous payez peu d’impôt derrière, vous comprenez bien que l’état est beaucoup « moins protecteur » qu’en France.

Donc, ce que je vous conseille, c’est de prendre une assurance médicale privée, c’est indispensable. Vous pouvez, évidemment négocier avec votre futur employeur – ça, il faut y penser.

Et penser aussi au fait que vous ne cotisez absolument pas pour la retraite. Si vous passez cinq ou dix ans en Russie, il faut vous constituer un capital à côté ou investir, trouver des moyens de pouvoir avoir des revenus plus tard parce que, certes, c’est bien de ne pas payer d’impôts ou peu d’impôts, mais vous avez aussi la contrepartie qui est que derrière, eh bien, c’est à vous de vous débrouiller.

 

Où trouver un travail?

Où trouver un travail ? Il y a des sites très connus. Je vous mets celui-ci : hh.ru.

C’est vraiment une grosse banque de données pour trouver tout ce qui se fait sur le marché du travail russe.

Vous avez aussi le pôle emploi international, donc, jetez un coup d’œil de temps en temps. Il y a des annonces pour l’Ukraine, la Biélorussie, la Russie et donc, vous pouvez avoir un « coup de chance ».

Sachez qu’il y a aussi des métiers qui sont plus demandés que d’autres.

Ingénieur, j’en ai parlé, mais le fait aussi d’être boulanger avec de l’expérience, ça peut peut-être vous paraître surprenant, c’est très demandé.

Dans l’hôtellerie, dans la restauration, évidemment, si vous êtes chef, là, c’est vraiment très bien

Et vous n’êtes pas forcément obligé de bien parler russe. Si vous parlez anglais, généralement, c’est suffisant, mais évidemment – vous imaginez bien, je vous encourage à parler le russe parce que si vous parlez russe, déjà, ce sera beaucoup plus agréable pour vous et surtout ça va permettre de faire une grosse grosse différence par rapport à vos collègues étrangers qui, la plupart du temps, maîtriseront mal cette langue puisque j’ai vu des expatriés de haut niveau et la plupart du temps ils ne parlent quasiment pas un seul mot de russe. Donc, profitez-en, apprenez cette belle langue.

 

Documents officiels : le permis de travail

Au niveau des papiers, pour faire les papiers, ça dépend de votre visa  puisque, pour schématiser, vous avez deux types de visas travail (deux types de разрешение на работу / razriéchiénié na rabotou).

 

1 le permis de travail classique, durée : un an

Le premier, c’est le  permis de travail classique qui est valable pour un an. Vous pouvez aller voir – je vous mets le lien juste en bas, la plaquette (elle date de 2012, mais c’est quand même bien résumé et ça n’a pas tant changé que ça), la plaquette de la chambre de commerce et d’industrie franco-russe – c’est vraiment intéressant, ils ont tout bien mis.

Ils ont une procédure qui permet d’accélérer les délais. Je crois que pour avoir un permis de travail d’un an, le permis de travail classique, c’est à peu près deux mois. Donc, vous voyez que c’est long quand même, mais je crois que c’est deux mois au lieu de quatre ou cinq.

 
2 le permis de travail pour les VKS, durée trois ans

Et si vous êtes un VKS – je vous le note ici – ce qu’on appelle en français les spécialistes hautement qualifiés, vous devez avoir un salaire mensuel de plus de 3000 euros net plus une expérience d’au moins cinq ans antérieurs à votre séjour en Russie qui concerne le poste pour lequel vous voulez être candidat.

Pour les VKS, il n’y a pas de quota alors que pour le permis de travail d’un an, il y a des quotas que doit demander votre employeur au moins six mois avant que vous commenciez le travail, donc, c’est assez contraignant.

Si vous  êtes VKS, vous allez avoir votre permis de travail beaucoup plus vite (je crois que c’est 15 jours) et en  plus, ce n’est pas un an, mais c’est trois ans. Vous êtes « tranquille » pendant trois ans, donc, ça vaut vraiment le coup si vous devez être salarié en Russie d’essayer d’être VSK dans la mesure du possible.

 

S’organiser, s’adapter, préparer !

Une dernière chose que je voulais préciser, j’en ai parlé et je vous l’ai mise ici :
il ne faut pas partir la fleur au fusil! 

C’est-à-dire qu’en Russie, il y a une qualité qui est vraiment indispensable et qui va faire toute la différence : c’est votre capacité d’adaptation, le fait d’être débrouillard.

Pour vous donner une idée, je connais un Américain, qui s’est d’ailleurs marié avec une Russe il y a deux ans. Lui, ça fait 6-7 ans qu’il est en Russie et au début, en fait, il a commencé comme prof d’anglais.

Il a commencé à mettre des petites annonces, à avoir un élève ici, un autre élève ici et puis après, il a été recommandé, il a augmenté ses prix, donc, il commençait à bien gagner sa vie puisqu’il pouvait demander au minimum 50 euros même plus parfois en étant prof particulier (n’oubliez pas que là-dessus, il y avait quasiment peu d’impôts parce que la plupart du temps, c’était du cash).

Et après, ce qu’il a fait, c’est qu’il s’est aperçu qu’il y avait une demande de Russes, souvent de bonne famille qui voulaient partir dans des universités à l’étranger,  notamment aux Etats-Unis, donc, il a monté une petite boîte qui aident les étudiants russes à aller étudier aux Etats-Unis : comment réussir les examens d’entrée ? Quelle université choisir ? Etc.

Donc, son business a grossi et pourquoi il a réussi ? C’est parce qu’il est travailleur, il n’a pas lâché, mais surtout la capacité de s’adapter, de se débrouiller.

Et ça, c’est vraiment quelque chose qui est indispensable si vous devez travailler en Russie et même si vous êtes salarié d’une grosse boîte française, vous verrez, vous n’avez pas le choix, vous êtes obligé de passer par la case :

je dois m’adapter à la culture locale, je dois apprendre un minimum la langue, donc, pensez bien à ça, gardez ça en tête puisque c’est vraiment primordial!

 

C’est tout pour aujourd’hui. Je pense que je vous ai fait un bon résumé pour pouvoir travailler en Russie.

Vous le savez, si vous avez des questions, vous les mettez juste en dessous de la vidéo.

 

Et, bien évidemment, vous êtes libres, si cela n’est pas encore fait,

  • de télécharger le guide pour apprendre simplement et rapidement le russe – c’est juste en haut –
  • nous rejoindre sur Facebook – vous cliquez sur le « i » de la même façon et là, vous allez avoir l’icône Facebook qui apparaît, vous n’avez plus qu’à cliquer dessus 
  • et, bien évidemment, vous abonnez, si vous le souhaitez, à cette fabuleuse chaîne YouTube en cliquant sur le bouton rouge juste en bas.

 

Дорогие друзья увидимся,
Daragié drouzia ouvidimsia,

spacivam balchoué ouvidimsa

пoка – пoка!
Paka, paka!

 

Vous voulez progresser en russe rapidement ?
Alors vous pouvez :

  • Télécharger votre guide gratuit pour apprendre le russe simplement en cliquant ici
  • Suivre russe-facile.fr sur Facebook en cliquant ici
  • Vous abonner en cliquant ici pour ne manquer aucune vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Il faut remplir les cases signalées par une étoile *