Vivez la crise économique russe de l’intérieur

Aujourd’hui je vous propose de vivre la crise en Russie de l’intérieur.
Je vous raconte ce que je vois autour de moi. Ce qui change pour le Russe moyen
au quotidien.

En tant que Français je suis stupéfait de la rapidité des changements.

 

Les prix de l’alimentation ont augmenté à une vitesse folle ces dernières semaines.
Les médias parlent de 9 % d’inflation.
Selon mes relevés perso on est plutôt sur du 20 %.

Par exemple en un mois le kilo de viande est passé de 369 roubles à 419 roubles
( 1 euros = 72 roubles au 30 décembre 2014 ) dans mon supermarché.

Je ne vous parle même pas du prix des marchandises importées de l’étranger…
( fruits, viande par exemple ).

 

La rapidité ET l’ampleur de la crise sont vraiment impressionnants.
Quand on vient de France on a pas l’habitude de ce type de changement.

 

J’imagine que vous avez entendu que le rouble souffre en ce moment.

En 2 mots la bonne tenue de l’économie en Russie dépend en grande partie du prix du pétrole.

Pour que l’économie russe soit solide il faut un pétrole à 100 dollars le baril.
La Russie est en effet le plus gros exportateur d’hydrocarbures au niveau mondial !

Mais les prix de l’or noir ont été divisés par 2 en moins de 6 mois.

Aujourd’hui ( au 30 décembre 2014 ) on est à moins de 60 dollars

Vous imaginez bien le souci pour l’Etat russe.

Sans parler des sanctions à cause de la situation urkraienne interdisant tout accès
aux marchés financiers pour les entreprises et l’Etat russe.

 

Concrètement l’activité est très ralentie dans de nombreuses entreprises.

Par exemple je discutais il y a une semaine avec un avocat, Dmitri, qui fait du droit
des affaires internationales. On fait du sport ensemble.
Il m’expliquait que d’un coup l’activité a chuté dans son cabinet alors que la fin de l’année
est traditionnellement intense en Russie.

 

Face à cette crise les Russes sont fatalistes :
” on survivra ”
” c’est pas la 1ère ni la dernière fois “.

On sent une rancoeur naissante contre les Occidentaux…

Leur capacité d’adaptation à cette situation difficile est impressionnante.
Alors que ça manquerait pas de déclencher une révolution en France les Russes
sont flegmatiques !

 

Et ça serait mentir de dire que la ( grande ) popularité de Poutine est entamée.
Il est toujours perçu comme le garant de la stabilité par une majorité de Russes.

 

La situation va devenir délicate pour ceux qui ont des crédits immobiliers en dollars.
Ils remboursent une somme de dollars fixe par mois mais sont payés en roubles.
Résultat les mensualités sont doublées et certains sont pris à la gorge.

Il faut que vous sachiez que les taux sont impressionnants par rapport
à la France.
Un prêt immobilier de 20 ans se négociait il y a peu à 12 – 13% par an.
On est passé fin décembre, du jour au lendemain, à 16 – 17% minimum.

Oui vous avez bien lu ! 16 à 17 % par an alors que les Français sont à 3% !

 

Même si ça c’est calmé récemment beaucoup de gens se sont précipités dans
leur banque pour changer une partie de leurs économies en euros ou en dollars.
Les volumes de retraits en liquide ont été plus importants que d’habitude.

Les entreprises commencent à licencier. Et je connais personnellement des gens
qui ont perdu leur emploi.
Alors que certains ne ressentent pas du tout les effets de cette crise.
Les situations personnelles sont disparates.

Pas mal d’étrangers quittent la Russie, surtout ceux qui sont payés en roubles.
Par exemple les profs de langues.
En revanche ceux qui sont payés en euros et les touristes font de bonnes affaires !

Côté consommation les Russes se sont mis à stocker toutes sortes de marchandises :
nourriture, électroménager.

Ils anticipent la hausse des prix et n’hésitent pas à taper dans leurs économies.

Aujourd’hui, fin décembre 2014, on n’entrevoit toujours pas d’issue à cette crise avant une bonne année,
voire 2 ans.
Fin 2015 on devrait y voir plus clair quant à l’issue de cette crise car tout s’enchaîne très vite.

Source image: Pixabay

Dites-moi dans un commentaire ce que vous en pensez !
Comment réagiriez-vous si vous étiez dans la situation d’un Russe moyen ?

11 commentairesLaisser un commentaire

  • Dobry dien , Adrien …

    je suis allé un certain nombre de fois en Russie …
    après le premier séjour (qui fut assez “bizarre” , mais je pense que c’est le cas pour la plupart des gens qui ont quelque chose entre leurs 2 oreilles … bien que dans mon cas , cela se résume à presque rien ! ) je me suis surpris à développer une certaine attirance pour ce pays et surtout pour les gens là-bas …
    (à quelques années-lumières des poncifs et autres lieux-communs sur le sujet véhiculés par les médias ici )

    ma connaissance des russes et de leurs mentalité vient surtout de l’observation , du contact et d’une certaine habitude de l’expatriation …
    (je voyage depuis assez longtemps pour avoir compris = “un français à l’étranger est un voyageur , deux : c’est un couple , à partir de 3 : c’est une petite France en déplacement …!” 🙂 )

    pour l’instant , mon russe se limite à une collection de phrase toutes faites que j’ai mémorisé au fil du temps … et grâce à une méthode audio d’apprentissage à partir de l’anglais … bien que cela soit et reste “Audio”
    (je lis le russe , souvent à la vitesse d’un escargot au galop si il est en caractère d’imprimerie , quant au russe manuscrit = mystère !)

    j’ai l’intention d’ aller en Russie pendant quelques temps pour apprendre (de manière correcte) la langue soit en Université (genre MGU) soit en institut spécialisé , bien que je pense qu’il soit plus “productif” de le faire en dehors des sentiers battus …
    (Moscou étant plein (+ou- ) de gens parlant anglais [ou globish] : une véritable plaie dans l’apprentissage d’une langue étrangère , la plupart ayant une tendance naturelle à retourner vers une langue de communication commune et de toutes façons , cette ville coûte un bras + une jambe + un œil , voir les deux ! 😉
    je ne connais que peu St-Pet. mais je crois que c’est l’endroit de prédilection pour les français ou francophone, donc à éviter = rien ne vaut l’immersion profonde et l’absence de solution tierce pour être “obliger” de progresser rapidement ! il faut juste aimer se faire violence et être motivé … )

    Quant à la question ” allez-vous souvent en Russie ?” je serai tenté de dire : “pas assez à mon goût …!” mais les vicissitudes de la vie étant ce qu’elles sont … à part une forme d’émigration là-bas … je n’ai pas trouvé la solution !

    pour être franc , je crois que mon attrait pour la Russie se situe “probablement” dans cette espèce de situation de pays en devenir … pour avoir découvert “Ma” vérité sur les discours à l’emporte-pièces qui sont légion en France … pour leurs énergie à trouver leurs propre voie … pour l’immensité du pays et la variété des lieux , etc … etc …

    • Dobri vetcher Fred,

      Merci encore une fois 😉

      Je suis en train d’écrire un article sur les cours de russe à la MGU… ça tombe bien !

      Enfin sachez qu’à Saint Petersbourg il y a très peu de français : on n’est pas plus de 500 sur 11 millions d’habitants
      alors qu’il y a plus de 1500 Italiens.

      Donc pas de risque concernant la sphère francophone on peut rester largement à l’écart ( j’ai testé pour vous 😉 )

      Et il y a de très bonnes écoles de langues à Saint Petersbourg.

      A bientôt.

      Adrien.

      • Bolchoï Spassiba , Drouk ! ;-))

        merci pour l’info , je ne sais pourquoi , je suis resté “bloqué” sur une mauvaise idée “St Pet. = endroit super agréable pour visiter mais à fuir pour apprendre le Russe …” il me semblait que l’endroit était plein de franchouillards (des français qui se regroupent pour pouvoir “survivre” comme à la maison … un peu à la manière du “South Kensington” du Londres de ma jeunesse … )

        Comme quoi , on peut croire connaître un sujet et passer, néanmoins , complètement à coté ..

        ce qui va à l’encontre de se que je prêche le plus souvent : ” si vous avez pas inventé la lumière vous même , profitez en pour rester humble !”

        par contre , je pense rechercher un institut pour le Russe en dehors des sentiers battus … donc pas de grandes villes , mais plutôt des villes de province qui sont à la fois moins “Internationales” , moins chères et pas moins agréables … ce que l’on perd en taille , on le récupère en proximité avec les gens … (bien que n’ayant encore pas trouvé , je suis ouvert aux suggestions … )

        je serai assez heureux de partager d’éventuelles découvertes , je pensais plus au Sud-Russie , près de la Mer Noire pour un climat hivernale moins rigoureux (bien que j’aime assez le froid sec et vif de Moscou ou de la Russie centrale )

        Poka

        • privet Fred,

          merci pour le commentaire !

          Au niveau institut de langue qui sort des sentiers battus… et de bonne qualité je peux vous conseiller Exlinguo à Novosibirsk.
          Je ne sais pas si vous connaissez.
          Ils ont aussi ouvert il y a un an un 2e centre à 2 pas de chez moi dans le centre de Saint Petersbourg.

          Je pense qu’ils font du bon boulot.

          Poka Poka

  • Attention à ne pas tout prendre pour argent comptant …

    Oui , l”économie Russe a besoin d’un baril à 100US$ pour effectuer sa mutation de manière indolore …
    NON , à partir de 60US$ , le budget est équilibré !

    Par rapport à d’autres pays : l’économie Russe a de (très?) bonnes chances de rebondir beaucoup plus vite que celles de la plupart des pays occidentaux …

    pour mémoire , la Russie a un taux d’endettement qui ferait le bonheur de beaucoup de personnages politiques à l’Ouest … (USA = déficit état : 18041 Milliards , totalité des dettes :59277 Milliards déjà échues + à échoir :92536 Milliards ; Source Federal Reserve , US Treasury , Congressional Budget Office)

    à coté , avec nos “pauvres petits” 93 ,42 % d’endettement par rapport au PIB , nous sommes presque des “petits joueurs” ( à la seule différence que celui qui gagne n’a pas droit à une breloque en plastoc …) la Russie se situant à un ridicule 7(sept) % par rapport a son PIB … (le plus bas taux des BRICS ) avec une dette externe de 30% , en comparaison de celle de la France 248% ou du Royaume Uni 390% , USA 99,65% , Irlande 1072% …

    Le prix du pétrole est bas , cela est le produit de 2 facteurs aussi différents que cela peut être :

    1° le manque d’activités : malgré tout le baratin de la plupart des journalistes économiques , il y a déjà une “certaine” réduction de l’activité de la plupart des pays dits “développés” , ainsi il suffit de regarder les différentes stats de chômage un peu partout pour s’en rendre compte (quand elle sont fiables … ce qui n’est malheureusement plus vraiment le cas dans beaucoup de pays , étant l’objet de manipulations statistiques souvent assez grossières …)

    2° effets extérieurs :

    2 bien distincts :
    a) l ‘arrêt (temporaire?) de la politique dite du ” Qantitative Easing” de la réserve fédérale US (injection de cash dans l’économie à hauteur de 55 puis 45 Milliards /Mois) a retiré du secteur spéculatif une somme de capitaux assez imposante (ce qui confirme la “débilité” d’une telle politique = les injections-cash étant surtout captées par le secteur spéculatif et non par le secteur productif, les banques récipiendaires de ces “largesses” ne trouvant pas de candidats à l’emprunt ) moins de spéculation entrainant une baisse des cours

    b) les “pétroles non-conventionnels” = la situation de ce secteur est absolument intenable , pour être simplement “à l’équilibre” (ne faire ni profit ni déficit) , le prix du baril doit être (largement?) supérieur à100US$ , l’Arabie Saoudite voyant d’un mauvais œil la concurrence de ce type de produits , ils ont décidés de maintenir la production au niveau d’un boom économique mondial passé (ce qui est rare est cher , à l’inverse ce qui est trop courant n’ que peu de valeur)

    (sur?)production ayant pour effet de faire chuter le cours du brut , entrainant une faillite quasi impossible à éviter des producteurs US de “non-conventionnel” (déjà plus ou moins 30% des employés des producteurs US simplement remerciés pour leurs travail passé …) DONC à terme , une main-mise qui fera remonter les cours à leurs niveaux pré-crise (voir plus , les Saouds ont besoin de beaucoup de cash pour acheter la paix sociale chez eux )

    Conclusion = OUI , l’économie Russe a des temps relativement durs devant elle … cela ne durera que pendant assez de temps (12 à 18 Mois) , les pays occidentaux auront exactement les mêmes termes à la seule différence qu’ils ne repartiront pas d’un page “presque vierge” en terme d’endettements et de déficits (pour preuve : si la situation était aussi rose = la baisse du pétrole devrait entrainer un regain d’activités qui se traduirait par une baisse du chômage sans précédent depuis un lustre , est-ce pas le cas ?)

    La situation du “Russe moyen” est assez simple à expliquer = ils ont connus la période Soviétique et surtout la période de l’immédiat post-Soviétique … c’est une forme de seconde nature que de stocker pour se prémunir des effets déflationnistes de la baisse du rouble par rapport aux monnaie étrangères … ce qui est d’ailleurs le cas de tous les pays connaissant une transition “douloureuse” vers une économie “moderne” avec grande fluctuation de la monnaie nationale , ainsi il ne faut pas faire d’amalgame entre le caractère “prévoyant” des russes , leurs situation économique , leurs potentiel et leurs sentiments vis-à-vis de leurs dirigeants (juste pour mémoire : le Président Russe et le Français ont des “côtes” symétriquement opposées , l’un a pour lui ce que l’autre a contre lui … [+/- 80% pour le Russe contre +/-20% pour le Français ] :-)) )

    • Hello Fred,

      je suis ravi de lire un commentaire d’une telle qualité; alors MERCI !
      Je vais tâcher de répondre point par point :
      – à ma connaissance le budget russe est équilibré à 105 dollars !
      – vous parlez de mutation de l’économie russe; le seul souci c’est qu’elle ne se diversifie absolument pas ! La part des hydrocarbures est supérieure dans les exportations aujourd’hui par rapport à il y a 10 ans
      – oui son taux d’endettement est très faible mais la Russie n’a pas accès aux marchés de la dette. Actuellement la seule façon ” de s’endetter ” est de puiser dans les réserves… d’où une situation très risquée !
      – et n’oublions la dette des entreprises libéllée en dollars…
      – le pétrole baisse car il y a une baisse de la demande ( croissance mondiale qui ralentit ) conjugée à une spéculation et surtout une hausse de la production sans précédent aux Etats-Unis…

      Je suis d’accord avec votre conclusion ! Cependant si la situation se dégrade trop ça pourrait jouer sur la situation politique à terme !

      • OUI et NON ! ;-))

        mon commentaire n’a pas de caractère de qualité autre que celui de la véracité ! ;-))

        Etant analyste-éco. , je n’ai pas trop de mal …
        la seule chose qui me surprend et parfois me rends un peu dingue : les collections de poncifs , pour la plupart éculés , sur ce pays que j’apprécie beaucoup … colportés par des gens qui , il me semble , n’ont pas dépassés les portes de Shérémétiévo et surtout essayés de comprendre les gens , le pays ,leurs passé proches et plus lointain , leurs rapport à l’Histoire etc … avant de commencer à critiquer .

        Sur le prix du baril : SANS mener de grande politique de réformes = à partir de 60US$ /Baril , le budget serait à l’équilibre …
        (sans mener = la situation de la France : tout le monde connaît les problèmes , notre président les énonce à perdre haleine … pourtant rien ne change vraiment , toujours les mêmes erreurs … toujours la même mauvaise foi … toujours les mêmes illusions sur une splendeur passée et toujours ce recours aux dettes aujourd’hui pour payer celles d’hier qui elles mêmes n’étaient déjà plus d’actualités à leurs époque ! )

        Bien évidement , le pays ayant besoin de grands projets d’infrastructures , de réformes profondes … parfois assez douloureuses et de diversification , le baril à 105US$ permettrai d’avoir un budget à l’équilibre AVEC la réalisation des dites réformes … nous n’avons donc tort ni l’un ni l’autre , ce n’est qu’une question d’appréciation ! (bien sur l’un est infiniment préférable à l’autre …)

        à ce propos , il faut noter le partenariat Chine – Russie , en particulier sur le projet de TGV Moscou-Beijing …
        sorte de réponse du berger à la bergère : jusqu’à présent , la société qui était le plus en vue pour la réalisation du projet “Alstom” est maintenant remplacée par un consortium Chinois qui apporte les immenses réserves de change de l’Etat Chinois en guise de financement et sert de piqûre de rappel à nos politiques = l’économie moderne est plus affaire de synergie que d’autres choses … prendre des mesures contre un autre est une arme à double tranchant qui peut se révéler très néfaste contre ses auteurs …!

        La situation n’est pas aussi calamiteuse que cela pourrait sembler vue de l’extérieur … en effet quand un pays comme la France voit son économie ralentir ou repartir , il ne faut pas oublier que la plus grande dépense de l’Etat français reste le paiement de sa dette et de ses intérêts , d’où le terme “Page blanche” utilisé (le cas des USA qui eux n’ont comme solution “Divine” que la grâce de la planche à billets , problématique , en son temps, déjà énumérée par De Gaulle = plus ça change ,, plus ça reste pareil ! 😉 ) … les années très dures que la Russie a eues ont permit de désengager le pays de ses dettes de manière “remède de cheval” , ce qui correspond aux sacrifices faits sur beaucoup de sujets , un certain retard sur une diversification nécessaire pour s’éloigner des soubresauts du pétrole et autres matières premières , d’une part … et justement la capacité à rebondir de manière beaucoup plus vigoureuse une fois l’orage passé … puisqu’ils ne traînent pas ce boulet de dettes que la plupart des autres pays occidentaux ont et auront pour encore (très?) longtemps …

        Il y a la problématique de la diversification de l’économie , Là , oui … la situation est et reste assez douloureuse , c’est d’ailleurs une des raisons principales du phénomène de stockage du Russe moyen , la plupart des produits de qualité étant importés …principalement d’Allemagne , ce qui correspond assez bien aux cris d’orfraie des industriels Allemands concernant la politique de Mme Merkel vis-à-vis de Mr Poutine , alors que la simple ouverture d’un livre d’histoire peut assez facilement expliquer la position Russe sur la (grande) minorité russophone de l’Est Ukrainien …

        ainsi il serait de bon ton de bien vouloir faire la part des choses , les mesures de boycott en vigueur sont avant tout autres choses une sorte de défense du pré-carré Allemand d’Europe centrale (Mittel Europa) ou une tentative d’éloigner ce Centre-Europe d’une “certaine” nostalgie populaire de la période pro-Soviétique … quand ce n’est pas simplement l’utilisation de prétextes n’ayant que peu à voir avec leurs buts déclarés …

        pour finir , Il faut se garder de croire à la simplicité de la problématique Russe … ce pays étant aussi complexe qu’attachant , pour qui veut bien ouvrir ses yeux et aussi un peu son cœur … 80% des Russes vivant en Europe géographique , il sont beaucoup plus proches de nous qu’il n’y parait !

        • Hello again Fred,

          encore merci pour ce commentaire détaillé et super intéressant !

          Je suis d’accord sur les grands lignes :
          – notamment sur le rapport à une Histoire bien différente de la nôtre dont la seule lecture permet d’avoir une vision différente des poncifs véhiculés sur le pays ( par exemple le rapport au pouvoir, à l’argent etc. )

          Je partage la même vision que vous concernant le fait que les Russes sont culturellement moins éloignés de l’Europe qu’il n’y paraît.

          En revanche concernant la diversification économique je suis moins optimiste que vous.

          Concernant la pseudo-alliance avec les Chinois je vois ça comme une alliance de circonstances plus qu’une coopération viable à long-terme.
          Les Chinois se sont toujours méfiés des Russes et réciproquement.

          Est-ce que vous partagez mon point de vue à ce niveau ?

          Je suis d’accord aussi concernant le poids de la dette en russe et le fardeau que ça réprésente pour nous.

          A bientôt.

          Adrien.

          • priviet …

            concernant la diversification de l’économie : je ne suis que très moyennement optimiste …

            il y a du pour et beaucoup de contre :

            Les sanctions actuelles = en fait , c’est un grand plus apporté aux Russes (même si ce n’est pas l’intention 1ère) …
            c’est une sacrée piqûre de rappel pour le Russe moyen :
            “Pourquoi exporter des matières premières qui reviennent plus tard sous forme de produits finis ? ” (ceci est une simplification , mais approchante de l’état d’esprit général )

            malheureusement , le Russe moyen subit toujours une forme de “complexe d’infério-supériorité” qui est un frein aux développement de l’économie et de la diversification … la plupart des produits considérés comme “de qualité” sont importés , pourtant il y a des produits valant largement le coup (exemple Téléphone Yota 2, largement de la trempe d’un I-machin [Made in China] , le coté “bobo-je-consomme-donc-je-suis” et le prix en moins ) mais ce “complexe’ (beaucoup de mal à le qualifier autrement , désolé) fait que ce n’est qu’un épiphénomène là où il faudrait que ce soit un mouvement général !
            (au besoin aidé et soutenu par une quelconque forme de “partenariat européen ” …)

            cela se rapproche beaucoup du “trait de caractère Russe” le plus flagrant et aussi celui qui est probablement le moins bien perçu par les français , au début tout du moins = les Russes sont de grands patriotes qui ont des mots très durs pour leurs pays et presque aucune confiance , mais il faut se garder , en tant qu’étranger , d’avoir le moindre commentaire négatif vis-à-vis d’eux ou du pays , sans alors s’attendre à les voir défendre leurs “Rodina” bec et ongles , même si la seconde d’avant , ils étaient très durs …
            (élément fédérateur , à la différence des français qui ne se défendront que mollement voir pas du tout et pas toujours avec avec les meilleurs arguments … )
            ce qui explique assez bien le phénomène de “Rush” du consommateur Russe moyen et de l’envolée des prix actuelle …

            (à la fois une crainte de manquer , une opportunité de spéculer ,une forme de défense contre le système économique , un réflexe de stockage , une colère de la situation et une forme de crise auto-alimentée par le comportement de la plupart …)

            ceci est probablement le plus grand écueil de leurs diversification et aussi une des plus grandes raisons de l’adoration qu’ils portent à V.v.Poutine (l’image du chef , de celui qui redonne un sens , une direction , de l’honneur et de l’espoir …de la même manière qu’un De Gaulle à la fin de la WW2 ) , la confiance en eux-mêmes … qui doit être “normale” … pas le fait d’une réaction épidermique , ni une forme de réponse à ce qu’ils considèrent comme une forme d’agression (d’où la bêtise incommensurable des sanctions actuelles …) et encore moins une forme de sinusoïdale aussi difficile à suivre qu’épuisante …

            Nous ne pouvons leurs jeter la pierre , après tout leurs expérience “démocratique” (le communisme de l’époque Soviétique était avant tout un système où les gens vivaient assez bien si ils se bornaient à n’avoir aucun choix concernant leurs “politiques” annihilant en ça les désirs et envie de réussite des gens ) et la maturité qui est censée aller avec n’a qu’une vingtaine d’années.

            (surtout pas en tant que français , notre système étant devenu plus une “Ploutocratie simili-parlementaire” [la majorité de nos élus sont issus de la fonction publique alors que la LOI française impose “Nul ne peut être juge et partie” ] qu’autre chose et notre maturité politique : vu le nombre de gens qui s’impliquent dans le processus électoral par rapport à ceux qui critiquent , une fois ce processus fini = nous n’avons que très peu de leçons a donner à qui que ce soit !)

            Une fois que les Russes auront vaincus leurs “démons intérieurs et intériorisés ” (ce fameux “complexe”) , ils pourront devenir des partenaires aussi efficaces que digne de confiance (je n’ai aucun doute sur ce dernier mot , ce qui ne semble être le cas à l’heure actuelle , au moins dans le discours, de la plupart des dirigeants occidentaux )

            Les Chinois : évidemment , les deux se méfient l’un de l’autre … venant du même moule étriqué (le communisme “radieux” ) , ils n’ont d’autres choix que de coopérer ou de se contenter des “strapontins” que les occidentaux veulent bien leurs laisser …

            Là où la Russie pourrait être un trait d’union , la clairvoyance de nos politiques Européens les poussent dans les bras des Chinois …
            ce qui correspond à passer d’une domination (avec ses excès , ses préjugés , son cortège de bêtises et de non-dits) à une autre …

            Mais les Russes ont endurés tellement d ‘avanies dans leurs Histoire qu’il ne fait aucun doute qu’ils réussiront à terme … Là se trouve une occasion que nous sommes en train de rater = les aider maintenant pour avoir un futur ensemble ou les sanctionner pour leurs laisser le goût amer d’avoir eu à se débrouiller seuls …

          • Privet Fred,

            Une nouvelle fois… merci pour ce commentaire de qualité !

            Je suis d’accord concernant la psychologie des Russes : toujours prêts à se sous-estimer mais toujours prompts à défendre la ” Patrie ” ( rodinaen russe ).

            Je me demandais vous allez souvent en Russie ?
            Vous parlez bien russe ?

            Adrien.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Il faut remplir les cases signalées par une étoile *